Comment savoir si une chaudière est basse température ?

chaudière basse température

Publié le : 03 novembre 20237 mins de lecture

Vous envisagez de remplacer votre ancienne chaudière à gaz par un modèle plus efficace ? Il existe sur le marché de nombreux modèles innovants qui permettent de réaliser des économies d’énergie et de diffuser une chaleur douce. Les options de chaudières à basse température valent-elles la peine d’être envisagées ? Comment fonctionnent-ils, comment sont-ils installés, comment sont-ils entretenus et combien coûtent-ils ? Voici ce que vous devez savoir sur les chaudières à basse température.

 

Qu’est-ce qu’une chaudière à basse température ?

Comme son nom l’indique, une chaudière à basse température produit moins de chaleur qu’une chaudière classique. Alors que les anciens modèles peuvent faire bouillir l’eau à des températures allant jusqu’à 90 °C, les chaudières basse température ne peuvent faire bouillir l’eau qu’à 50 °C, voire moins, selon l’endroit où elles sont installées. Le fait que l’eau fournie au réseau de chauffage soit moins souvent chauffée entraîne évidemment des économies d’énergie. Un autre avantage est que les gaz d’échappement produits lors de la combustion sont à une température plus basse et peuvent donc être extraits plus facilement.

Fin de vie des chaudières gaz basse température ? Bien que les chaudières cryogéniques semblent efficaces, elles ne répondent pas aux exigences de la directive européenne sur les produits écologiques ErP pour Energy related Products en anglais, qui vise à retirer du marché les équipements jugés non rentables et ne permettant pas de réaliser des économies suffisantes. Cela concerne certaines chaudières à basse température dont le rendement est inférieur au rendement combiné minimal de 86 % exigé par la législation européenne, par opposition aux chaudières à condensation qui répondent aux exigences contractuelles. Les chaudières à basse température vont progressivement disparaître à l’avenir. Seuls les modèles les plus efficaces continueront d’être autorisés.

Consultez le site engie-homeservices.fr pour davantage d’informations.

 

Comment fonctionnent les chaudières à basse température ?

Qu’il s’agisse d’une chaudière au fioul, chaudière gaz basse température, ou électrique, le principe est le même. Ce type de modèle chauffe l’eau grâce à un système de combustion qui fait circuler l’eau dans les différents tuyaux du système de chauffage. La différence avec les chaudières classiques réside dans la volume d’énergie sollicité pour chauffer l’eau. Dans le cas des chaudières à basse température, elle est nettement inférieure, car la température atteinte ne dépasse pas 50 ° C. Un autre aspect important est l’évacuation des gaz de combustion. Les chaudières à basse température, comme de nombreux autres modèles, produisent des gaz qui doivent être éliminés d’une manière ou d’une autre. On utilise généralement un conduit de fumée, mais vous pouvez aussi opter pour une chaudière à gaz avec un conduit de fumée. Ce système se compose de deux tuyaux, le premier amenant l’air extérieur dans la chaudière et le second l’évacuant de la chaudière.

Quels sont les avantages des chaudières à basse température ?

Il peut sembler que le fait d’avoir moins d’eau chaude affecte directement la température dans la maison et la température de l’eau chaude. Or, ce n’est pas le cas. La combinaison d’une chaudière gaz basse température avec des radiateurs à basse température, ou de préférence avec un chauffage par le sol, peut-être plus efficace. Cela garantira un transfert de chaleur uniforme et doux. Quels sont les avantages des chaudières à basse température ? La stabilité. Il s’agit d’un chauffage dont l’efficacité reste constante, quelle que soit la température extérieure. Cependant, il est recommandé de consulter un spécialiste pour une installation efficace et adaptée à votre habitation. Il convient également de rappeler que toutes les chaudières d’une capacité de 4 à 400 kW doivent faire l’objet d’un entretien annuel.

Chaudières à basse température et chaudières à condensation : les principales différences

Une fois la directive ErP notifiée, les chaudières à condensation sont devenues la méthode d’installation de facto. Toutefois, la notification était censée être rétrospective, car les efforts des fabricants pour se conformer aux normes requises ne seront pas effectifs tant que les nouvelles chaudières à basse pression ne seront pas installées.

Alors, pourquoi choisir des chaudières à condensation, qui sont beaucoup plus chères que les chaudières à basse pression ?

– Les chaudières gaz à condensation fonctionnent selon le même principe « rien ne se perd, tout se transforme » que les chaudières classiques et à basse pression, qui chauffent le fluide caloporteur dans la chambre de combustion. Toutefois, alors que les chaudières classiques rejettent les gaz d’échappement à l’air libre, les chaudières à condensation récupèrent la chaleur des gaz d’échappement et la renvoient dans le circuit de chauffage central.

– Ainsi, au niveau prix, attendez-vous à payer un tarif un peu plus élevé pour une chaudière gaz à condensation comparé à une chaudière basse température (frais d’installation compris).

– Certaines chaudières gaz à condensation limitent les pertes d’énergie à 110 %.

– Les chaudières à condensation peuvent être raccordées à une cheminée ou à un conduit de fumée, elles sont donc plus faciles à installer que les chaudières à basse pression.

– Le principal inconvénient des chaudières à condensation est la nécessité de se raccorder au réseau d’égouts municipal.

Pourquoi investir dans la rénovation énergétique de votre domicile ?
Pourquoi engager un chauffagiste à Annecy pour l’entretien de votre système de chauffage ?

Plan du site